Ce mercredi, de 14 à 16 heures, la Joelette de l’APEAI rejoindra le parvis de l’espace Mitterrand. Ce drôle d’engin a été imaginé pour permettre à des personnes à mobilité réduite de faire de la randonnée, avec la complicité de deux porteurs. Chacun, valide ou handicapé, pourra ainsi relever le défi d’un parcours sportif et ludique au profit du Téléthon (3 € de participation), avec le concours des membres du Club d’haltérophilie de Figeac, sensibilisés au handisport. Sur place boissons chaudes et pâtisserie maison seront en vente.

En attendant, le Joelette de l’APEAI est stationnée jusqu’au grand jour à la Maison André Chaussé. L’association de parents d’enfants et d’adultes inadaptés a ouvert ce site en 2013. Deux services y cohabitent au sein du SAVA : service d’aide à la vie autonome pour les personnes résidant à leur domicile. Le 1er est orienté vers l’accompagnement social, le 2e intègre une dimension médicale.

Mais la Maison André Chaussé c’est également un lieu d’accueil temporaire, ouvert aux personnes handicapées, afin d’offrir du répit à leurs aidants.

Elle compte 4 chambres pour des enfants de 6 à 20 ans, et 6 chambres adultes, pour des séjours ponctuels ou réguliers, jusqu’à 90 jours par an. Depuis 2013, ce sont ainsi 70 à 80 adultes qui y ont séjourné. «Pour les plus jeunes et leurs parents c’est aussi l’occasion de faire l’apprentissage d’une vie en collectivité, en douceur, en prévision d’une orientation en établissement», suggère Simone Cambon, administratrice de l’APEAI.

«Dans ce lieu de vie et de cohabitation, ouvert quasiment toute l’année, éducateurs et personnels proposent un panel d’activités hebdomadaires et de sorties en ville, des échanges et des rencontres dans les murs aussi avec des associations partenaires. Toujours dans le respect du parcours de vie de chaque résident, avec le défi de la diversité d’âges et des capacités des uns et des autres», évoquent Julien Pfendt, éducateur spécialisé et Caroline Denhez, chef de service éducation sur l’ensemble de la structure.

Avec ce défi Téléthon, tous espèrent que chacun portera un autre regard sur le handicap. Quant aux personnes handicapées, elles prendront de la hauteur grâce à la Joelette… Pour voir la vie d’un peu plus haut.

APEAI de Figeac, Tél. 05 65 34 26 90, www.apeai-figeac.fr Lire aussi notre édition du 16 novembre.

> Lire l’article original de la dépêche

Laetitia Bertoni

Des rires, des discussions s’élèvent d’un petit salon du foyer des Cèdres. Les résidants s’y retrouvent pour déjeuner, pour regarder la télévision ou pour bavarder. Cette structure qui accueille des personnes adultes handicapées mentales est la première réalisation de l’APEAI de Figeac qui a vu le jour en 1980.

C’est pour se faire connaître et changer le regard sur le handicap que l’APEAI et les services culturels du Grand Figeac proposeront ce jeudi, au cinéma Charles Boyer, à 20 h 30, le film «Tant la vie demande à aimer» sur le parcours d’enfants polyhandicapés. Une soirée en présence du réalisateur, où les échanges se poursuivront autour du verre de l’amitié.

«C’est l’occasion de faire connaître nos actions, nos structures, notre organisation aussi», ajoute Simone Cambon, administratrice. «Et de croiser des gens intéressés et prêts à nous aider, car nous avons besoin de bénévoles», intervient Brigitte Moreaux, secrétaire adjointe de l’APEAI.

Il y a donc 36 ans, l’aventure commençait… «L’association de parents et amis d’enfants et d’adultes inadaptés est née grâce à la détermination de quelques familles figeacoises qui se désolaient de n’avoir à proximité aucune structure en mesure d’accompagner leurs proches atteints de troubles mentaux», nous expliquent-elles.

Quatre ans de dossiers, de procédure, de combats portés notamment par le D. Chaussé, et le foyer des Cèdres voit enfin le jour. Il devient une deuxième maison pour une trentaine de jeunes handicapés, ouverte 365 jours par an. La vie s’y installe. «Ils sont entourés selon leurs besoins, leur autonomie, on propose à chacun des activités, des sorties». Aujourd’hui, ils sont 42 résidants, dont huit personnes autistes, prises en charge dans l’extension du foyer des Cèdres réalisée en 2003, le FAM, foyer d’accueil médicalisé. Tous profitent aussi chaque semaine de la ferme du Bouyssou, qu’un concours de circonstance a permis de confier à l’APEAI, qui en a fait une ferme pédagogique avec des ânes.

«Nous avons petit à petit complété nos missions, avec la création de l’Esat L’Abeille, l’ouverture de la maison d’accueil temporaire André Chaussé en 2013, un service d’aide à la vie autonome, etc.», détaillent nos deux interlocutrices.

Si l’APEAI garde un temps d’avance, en imaginant des projets novateurs, tel son point de restauration rapide Quercy Croc à Quercypole, ou demain une légumerie avec d’autres partenaires, elle n’en oublie pas ses valeurs. «L’APEAI a fait le choix de ne pas déléguer la gestion à une structure privée, de rester autonome, en s’appuyant sur l’esprit de famille et le bénévolat. Face au vieillissement de nos pensionnaires, la question du transfert en Ehpad s’est posée, nous avons opté pour leur maintien à domicile le plus longtemps possible, ici aux Cèdres où ils ont leurs repères et surtout des équipes de professionnels formés au handicap».

Ne pas les déraciner, être un lieu de vie structurant, c’est tout l’enjeu de l’APEAI qui fonctionne grâce à l’envie et l’implication d’une centaine de salariés auprès de 180 personnes dans sept établissements, sous la direction de Didier Dautriche.

Laetitia Bertoni

Bonjour à tous,

Nous avons le plaisir de vous informer de la diffusion du film « Tant la vie demande à aimer » qui sera projeté le jeudi 17 Novembre à 20h30 à « l’Astrolabe » de Figeac. Ce beau documentaire, qui aborde l’accompagnement des enfants polyhandicapés a été en partie soutenu par un financement participatif, auquel l’APEAI et 7 autres structures du département, qui accompagnent des personnes en situation de handicap, ont collaboré. 

La séance se fera en présence du réalisateur et un verre de l’amitié sera offert par l’APEAI.

En espérant vous y retrouver nombreux,
Didier Dautriche

> En savoir plus sur le film

affiche-tant-la-vie